Le 7 septembre, le réseau MIHARI a appris par les journaux la signature d’un accord majeur d’investissement, d’un montant de 2,7 milliards de dollars, signé deux jours plutôt entre une agence étatique rattachée à la présidence, l’Agence Malagasy de Développement Économique et de Promotion des Entreprises et Taihe Century Investments Developments co.Ltd, un consortium d’investisseurs chinois.

Cet accord, qui selon le communiqué de la présidence est censé développer l’économie bleue du pays, prévoit en fait de consacrer 700 millions de dollars à la création d’une flotte de 330 navires dès cette année. L’ampleur de cet investissement est sans précédent et constitue une grande source d’inquiétude pour notre réseau et la filière pêche dans son ensemble, d’autant que nous n’avons à ce jour que très peu d’informations sur le contenu précis de l’accord, et aucunes garanties sur les modalités de son exécution. Un sentiment renforcé par le fait que le ministère responsable de la gestion des ressources marines ait confirmé ne pas avoir été consulté sur l’accord et qu’aucune Étude d’Impact Environnementale n’a pour l’instant été reçue par l’Office National de l’Environnement.

A Madagascar, comme dans beaucoup de pays côtiers, le secteur de la pêche est à la fois une source de richesse pour le pays et un moyen vital de subsistance pour la population. Il représente 5% du PIB et 13% des exportations, fournit un demi-million d’emplois et assure la sécurité alimentaire des communautés locales, qui sont parmi les plus pauvres et les plus vulnérables dans le pays. Cependant, le secteur fait déjà face à une multitude de défis, dont la raréfaction des ressources. Cela fait déjà des années que les petits pêcheurs voient un déclin de leurs captures, dû principalement à la surexploitation.

Pour Hermany Emoantra, le Président de MIHARI, « la vie des communautés côtières de Madagascar serait très sérieusement menacée, si elles sont amenées à être en concurrence avec la capacité de prise potentielle de ces bateaux de pêche. Il ne faut pas oublier qu’avec l’arrivée de six bateaux de pêche industrielle dans la région de Toliara cette année, certaines communautés ont déjà du mal à survivre au jour le jour. Alors, imaginez un peu ce qui leur arriverait avec 330 bateaux – que feraient ces gens pour vivre, où iront-ils ? ».

Pour Djorson Victorien, un pêcheur d’Analalava, dans la Région Sofia, dans le Nord de Madagascar, c’est la consternation : « Au lieu de signer des contrats de ce genre, il faudrait que nos dirigeants protègent nos ressources marines, qui sont déjà fragiles. J’encourage MIHARI et toutes les autres organisations qui s’occupent de l’environnement à Madagascar à informer tous les pêcheurs du pays pour une mobilisation contre ce contrat. »

Pour Vatosoa Rakotondrazafy, Coordinatrice nationale du réseau MIHARI, « Notre mission est de promouvoir la bonne gestion et une exploitation durable des ressources marines dont dépendent les populations locales. Depuis que nous avons pris connaissance de cet accord, nous avons essayé en vain d’en obtenir le texte – son application pourrait avoir des impacts irréversibles sur un écosystème déjà fragile et menacer la vie de milliers de personnes. Il paraît incroyable qu’un accord d’une telle envergure ait été signé sans consultation aucune. »

MIHARI va donc continuer à oeuvrer pour que le texte de l’accord soit publié et les études d’impact nécessaires soient réalisées de toute urgence. C’est pour cela que nous nous sommes joints à Transparency International Initiative Madagascar et d’autres organisations de la société civile pour dénoncer cet accord opaque et demander que la lumière soit faite sur son objet et son contenu.

Articles publiés sur le sujet :

Economie bleue : Un investissement de 2,7 milliards USD contracté avec la ChineMidi Madagasikara

Investissement privé : Un engagement de 2,7 milliards de dollars de la ChineLa dépêche

Madagascar approuve un accord de pêche de 10 ans avec un consortium chinois – CFFA-CAPE

Economie bleue : un investissement chinois de 2,7 milliards de dollars annoncé à MadagascarLa Tribune Afrique

Un accord cadre de 2.7 milliards de dollars avec la Chine pour développer l’économie bleue à Madagascare CONSEIL & ASSISTANCE

Madagascar : accord cadre pour un investissement de 2,7 milliards $ dans le developpement de l’économie bleueAgence Ecofin

Economie bleue : Un investissement de 2,7 milliards USD contracté avec la ChineMoov.mg

Economie bleuâtreL’Express de Madagascar

Hery Rajaonarimampianina. Après lui, le déluge de dettes et le désert halieutique !Madagate.org

Pêche – Malentendu autour d’une convention L’Express de Madagascar

[Anglais] Madagascar Agrees To A 10 Year Fisheries Agreement With Chinese ConsortiumStop Illegal Fishing

Madagascar : polémique autour d’un nouvel accord de pêcheRadio France Internationale (RFI)